Allaitement et libido ...

Mon allaitement, ma libido et nous...

Après avoir allaité mes deux premiers enfants, il était une fois de plus tout naturel pour moi, d'allaiter ma petite dernière.

Mais je n'aurai jamais cru qu'une fois rentrée en maternelle, elle tèterai encore !!!

 

Aujourd'hui, je vous raconte cette histoire très personnelle que j'ai vécu avec ma fille.

 

Cet allaitement long de 3 ans et 2 mois, qui nous a nourri toutes les deux d'un amour inconditionnel...

 

J'ai comme la plupart des femmes allaitantes, connu des hauts et des bas au début de mon allaitement.

Une montée de lait impressionnante, des engorgements, un (REF) Réflexe d'Ejection Fort, j'ai même une fois arrosé la personne qui se trouvait à côté de moi !!! (Ouais, ça va, c'est bon pour ta peau !!!)

 

Pepette avait elle un RGO, (Reflux Gastro Œsophagien), donc après chaque tétée, elle régurgitait une quantité importante de lait.

 

Jour et Nuit ... Ce qui m'a valu quelques nuits blanches...

 

Heureusement, elle a passé de longs mois dans un berceau à côté de moi, ou dormait carrément en Co dodo dans mes bras, ce qui me permettait d'avoir un œil sur ses éventuelles régurgitations nocturnes...

 

Heureusement aussi, je l'allaitait, donc le lait qu'elle régurgitait était beaucoup moins irritant que du lait artificiel.

 

Elle tétait au départ toutes les deux heures, mais finalement, avec le cododo, cela ne me fatiguait pas plus que si j'avais du à chaque fois me lever pour lui préparer un biberon.

 

Bref, je savais déjà tout ça ayant allaité mes deux premiers enfants, et donc c'est tout naturellement que je me suis dis que j'allais l'allaiter jusqu'au sevrage naturel.

 

Comme je m'étais arrêtée de travailler pour me consacrer à l'éducation de mes enfants jusqu'à ce qu'ils aillent tous à l'école, cela me laissai le temps de faire cela en douceur, et de respecter son rythme, ses envies, ses besoins...

 

 

 

A la question : " Mais le papa n'est pas frustré de ne pas pouvoir participer ??? "

Je vous répond de suite qu'il y a mille manières de participer à l'éducation et de passer du temps avec son bébé.

 

A la question : " Mais si elle ne fait pas ses nuits c'est surement à cause de votre allaitement nan ? "

Je répond que oui probablement, et alors?

Si elle a besoin de notre présence, de cette chaleur humaine parentale pour se rendormir paisiblement, alors j'en profiterais, d'autant plus que d'ici quelques années elle ne viendra plus se blottir contre nous, et cela me manquera terriblement...

Alors je me dis que je suis plutôt chanceuse d'avoir cette relation avec elle...

 

A la question : Mais elle ne va jamais couper le cordon, elle va être total dépendante de toi nan ?

Je répond : Toi, tu ne me suis pas depuis assez longtemps pour savoir que pepette est une petite fille total indépendante, hyper dégourdie, une vrai petite dame !!!

 

A la question : Et si c'etait à refaire, tu le referais ???

Je repond : Evidemment, la question ne se pose même pas ...

 

Je ne vais pas vous prôner l'allaitement, je le répète chacune est libre de choisir de quelle manière elle va nourrir son enfant, ceci est un choix personnel, mais ici, c'est mon histoire que je vous raconte, mon ressenti , mon allaitement...

 

Notre long allaitement aura été une période de ma vie inoubliable qui aura rempli son petit cœur d'amour, de bienveillance et de confiance...

 

J'ai depuis sa naissance répondu à ses besoins en lui donnant à la demande le sein, ce sein tantôt nourricier, tantôt rassurant, tantôt apaisant...

 

Quand elle a commencé a marcher, elle venait d'elle même chercher ce réconfort, se blottir contre moi et cherchait à téter.

Je lui ai toujours donné cette partie de moi (attention m'appartiens entièrement), mais que je partageais avec elle tout le temps qu'elle en avait besoin.

 

Donner le sein ne signifie pas seulement nourrir.

Quand on allaite, on créé réellement un lien unique qui se fait de part ce partage de corps.

 

Mon sein nourricier a joué un rôle essentiel dans sa construction.

 

Quand on sait que les trois premières années sont importantes au développement de l'enfant, qu'émotionnellement ils emmagasinent beaucoup pour se construire et grandir sereinement,  on imagine à quel point ce sein mi doudou, mi nourricier a pu être important pour elle...

 

Attention encore, je ne dis pas que les enfants nourris au biberon manquent d'amour, fort heureusement ce plein d'amour est comblé par bien d'autres manières !!!

Mais il y a une chose qu'il faut savoir, et dont je veux vous parler...

Une chose très personnelle mais dont il est important de lever le tabou...

 

L'allaitement a causé chez moi une baisse de libido (temporaire), et naturelle.

 

En effet, sous l'effet des hormones produites lors de la succion, celles ci bloquent l'effet "plaisir jouissif"

fort heureusement, pour laisser place au "plaisir maternel".

Nos hormones sont encore toutes en ebulitions de part la grossesse, et le fait d'allaiter provoque un bien être, un apaisement unique mais en aucun cas ne réveille un "désir"...

 

Et oui, la nature est bien faite !!!

 

Cette baisse de libido est donc importante même, et peut durer tout le long de l'allaitement.

 

Quand une maman allaite son enfant quelques mois, ça passe, en plus les premiers temps où l'on deviens maman, nous pensons plutôt au bien être de notre enfant, entre la fatigue de la grossesse, de l'accouchement et ensuite des nuits entrecoupées, il est normal que les parties de jambes en l'air passent au second plan.

Il n'en n'est pas de même pour toutes, mais pour une grande majorité de mamans qui se reconnaitront probablement dans ces propos...

 

Il est alors parfois difficile pour le papa de trouver sa place, il est en demande d'affection, se sent relégué au second plan, et souvent en manque de sexe.

 

Des tensions peuvent vite apparaître au sein du couple, la mère se sentant incomprise et le papa oublié...

 

Il en va de soit, je pense, de dialoguer, de faire prendre conscience au papa que cela ne durera pas, que lors de ses premiers mois de vie, voir premières années, bébé demande beaucoup d'attention et qu'il est normal que la maman mette du  temps à retrouver sa libido, entre le changement physique parfois difficile à accepter, les hormones et la fatigue, le sexe est souvent relégué au second plan pour le plus grand déséspoir des papas...

 

Certains sont patients et compréhensifs, d'autres impatients et mal informés, les papas réagissent tous différemment aussi.

 

Cette baisse de libido a duré longtemps ici...

Durant les deux premières années d'allaitement, je ne ressentais plus ce besoin, je n'avais plus de désir, plus de libido.

 

Ce fut complexe à faire comprendre à Crazy Dad, que tout cela ne dépendait pas de lui, qu'il n'y était strictement pour rien...

Difficile à faire comprendre à un homme que seules les hormones sont en cause, eux qui n'ont pas de fluctuation hormonales, qui ne connaissent pas ce phénomène que l'on ne peut pas contrôler...

 

Non, les hormones ne sont pas un prétexte.

Non, les hormones ne sont pas contrôlables,

Oui, et heureusement, cela est réversible...

 

Il m'aura fallu deux ans, des doutes installés dans le couple, mais un amour assez fort pour tenir bon...

 

Deux ans pour retrouver l'envie de passer du temps rien que lui et moi...

 

Pour avoir l'envie de laisser les enfants le temps d'une soirée ou d'un week-end

et enfin penser à nous, à notre couple...

 

Deux ans pour sentir ma libido me titiller, et retrouver petit à petit l'envie de pimenter nos soirées ...

 

J'allaitais toujours, mais pepette aillant grandi, les tétées n'étaient plus aussi rapprochées, et les hormones commençaient à me laisser tranquille ...

 

Aujourd'hui, j'ai bel et bien retrouvé ma libido de jeune femme, l'expérience et la maturité en plus...

Je remercie Crazy Dad d'avoir malgré toutes les tensions que cela a pu générer, tenu bon à mes côtés, et d'avoir été patient jusqu'à ce que je redevienne la femme et l'amante que j'étais avant d'avoir les enfants ...

 

 Mais ce dont je suis aussi fière, c'est d'avoir pu aller jusqu'au bout de cet allaitement long, jusqu'au bout de mes convictions, jusqu'au sevrage naturel de mon enfant...

 

Chaque histoire est différente, prenez le temps d'en parler, de vous écouter, et d'avancer ensemble...

 

Crazy Mum.

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    Pascaline (dimanche, 12 mai 2019 21:48)

    Je comprend très bien, j ai pas allaiter, mais mes hormones mon fait des tour ( je n arrêtait pas de pleuré) accouchement très long(21h). Mais monsieur à était compréhensif. Il faudrai un cours pour expliquer au papa comme pour les cours à la préparation à l accouchement et la je pense que certains messieur comprendraient que sortir un bébé par un trou qui fait la taille d une pièce de 2 euros c est pas si facile .

  • #2

    Crazy pum (dimanche, 12 mai 2019 22:34)

    En effet, des cours sur la psychologie et post accouchement seraient bien oui � !!!

  • #3

    Justine (dimanche, 12 mai 2019 23:12)

    Je crois que j'aurais pu écrire la même histoire que vous... Merci

  • #4

    Crazy mul (lundi, 13 mai 2019 09:01)

    Justine, merci, en effet, ce sujet qui touche pourtant beaucoup de couples est souvent gardé secret ... il est bien d’en parler ;)

  • #5

    Eve (mardi, 04 juin 2019 12:59)

    Mais qui sont crazy Mul et crazy Pum �