Les tranchées quelle bataille...

Les tranchées, mon allaitement et moi ...

Elles peuvent être aussi douloureuses qu'utiles...

Elles peuvent passer inaperçues comme être perçues comme le pire...

Pire que l'accouchement que tu viens de vivre...

Pire que ce que tu pensais être le pire...

Et personne... personne ne t'avais prévenu...

Pire encore !!!

tout le monde le savait, mais personne ne t'en a parlé...

 

Et toi tu es là, avec ce que l'on appelle barbarement tes "tranchées", à souffrir le martyr en te demandant :

 

"Mais POURQUOI personne ne m'avait prévenu ???"

 

Je me serais peut-être préparée psychologiquement à les accueillir...

Tout le monde parle des contractions d'accouchement, tout le monde te prépare à les gérer, mais personne ne te prépare à mieux appréhender ces tranchées.

 

Revenons sur ce terme de "tranchées".

Pourquoi ce nom barbare qui nous rappelle sans nul doute la première guerre mondiale avec ses soldats retranchés dans leurs ...tranchées !!!

 

 

Doit on subir nous aussi ces contractions douloureuses sans rien dire, retranchées avec nos tranchées dans la tranchée de la douleur ???

Les tranchées sont si secrètes, voir tabous, comme si nous devions ravaler notre douleur et accoucher une seconde fois sans péridurale cette fois mais sans crier non plus s'il vous plaît...

Car si vous criez, vous risqueriez d'effrayer celles qui n'ont pas encore eu d'enfants et qui projettent d'en avoir plusieurs, car oui, les tranchées sont en générale plus douloureuses chez les mamans ayant déjà eu des enfants.

Plus vous avez d'enfants, plus vous avez de chance de les sentir passer ces fameuses tranchées...

 

Je dis "de chance" car finalement, ces contractions qui permettent à l'utérus de reprendre sa place et sa taille normale sont bénéfiques et permettent entre autre de retrouver un ventre plat plus rapidement, car en se contractant, les mêmes contractions qui vous ont permis de donner naissance ( c'est dire si elles peuvent être douloureuses), font travailler l'utérus pour, au bout d'une semaine, lui permettre de retrouver sa taille d'origine.

Vous imaginez, vous, le travail qu'il doit fournir pour retrouver son poids, sa taille et sa forme initiale ???

 

 

Sans vouloir effrayer les nullipares, car comme je viens de le dire, pour la plupart des femmes, les tranchées ne sont perceptibles qu'à partir du deuxième enfant, voir troisième...

Et ohhhhh malheur ce que l'on ne te diras certainement pas, c'est que l'allaitement grâce à une hormone que cela déclenche ( l'ocytocine) va favoriser ces contractions utérines.

 

Mais une fois de plus...  POURQUOI ???????

 

Pourquoi diaboliser ce phénomène normal et même bénéfique ?

Au lieu d'informer comme on prépare les femmes enceintes à accoucher...

Pourquoi ne pas les aider et les préparer à mieux gérer leurs tranchées, à les accueillir avec bienveillance plutôt que médisance, qu'elles soient comme quelque chose dans la continuité de notre accouchement plutôt que de les subir en silence et seules avec notre souffrance...

 

Pourquoi ne pas informer, en parler ???

De peur que les mamans ne souhaitent pas allaiter???

 

Mais une maman ou future maman qui souhaite allaiter, le fera, contractions douloureuses ou non...

Et puis celles qui ne savent pas encore si elles allaiteront ou pas, et qui pourraient en être dissuadées à cause de ces tranchées, justement, pourquoi ne pas mettre l'accent sur les bienfaits de ces contractions qui peuvent survenir ???

 

Au lieu de les effrayer, elles seraient rassurées de voir que finalement, l'allaitement est vraiment magique, il agit même sur notre utérus en se préoccupant de notre ligne !!!

 

 

Maintenant, après toutes ces questions, laissez moi vous faire part de mon témoignage.

Mon vécu me pousse à vous écrire cet article, car je pense que c'est en informant que l'on peut mieux gérer cette douleur, surtout lorsqu'elle est aussi forte.

 

Comme vous les savez ou l'apprenez, j'ai trois enfants.

Trois grossesses, trois accouchements par voie basse, trois allaitements.

 

Pour mon premier bébé, les tranchées sont passées inaperçues, malgré l'allaitement, je ne les ai pas plus senties que ça.

Peut être quelques douleurs de règle, mais après un accouchement, rien de plus normal.

 

Je ne connaissais pas ce terme de "tranchées", je ne savais même pas que ce phénomène naturel existait.

Je savais que mon utérus allait retrouver dans les jours à venir sa taille normale, mais je n'étais jamais entrée dans le vif du sujet et personne ne m'en avait parlé non plus auparavant.

 

Qu'elle ne fût pas ma surprise quand lors de mon deuxième accouchement, une fois retournée en chambre avec mon bébé numéro deux, quatre ans après, j'ai commencé à ressentir des contractions...

 

Des contractions très vives... Elles venaient par vagues, puis repartaient.

Et lorsque je mettais mon enfant au sein, je sentais la contraction arriver, m'envahir, me détruire de l'interieur...

Ces contractions pouvaient durer toute la durée où je donnais le sein à mon bébé, et comme je le faisait à la demande, elles revenaient très régulièrement...

 

Cela devenait insupportable.

Je me revois en pleurs, en train d'enlever de force le sein de la bouche de mon bébé pour souffler deux secondes, le temps que la contraction redescende. Poser mon bébé dans son berceau, l'entendre hurler de faim, et moi hurler intérieurement de douleurs...  

"Je te pose là mon bébé, juste le temps que la contraction redescende, juste le temps que maman se plie en deux, en trois, en quatre, pour essayer de trouver une position qui me soulage..."

 

Je suis en pleurs, la tête me tourne tellement la douleur est insupportable.

Et toi qui pleure à côté de moi mon bébé, je ne peux pas te prendre dans mes bras, maman n'a pas fini d'accoucher...

 

J'accouche d'une douleur atroce, une douleur dont personne ne m'avait parlé...

 

Je te reprends en pleurant pour finir de te nourrir, la contraction est passée mais j'ai tellement peur qu'elle revienne.

 

Je suis transpirante, je dégouline de douleurs...

 

Et là...

 

Toc,Toc,Toc...

 

On entre dans la chambre.

 

Les grands parents de mon Crazy Dad de mari viennent me rendre visite.

 

En temps normal cela ne m'aurait pas dérangé, ils ne sont que tous les deux, sont discrets et ne resteront pas longtemps, je les connais.

Je terminais de donner le sein à mon bébé, qui après avoir attendu que ma contraction passe, était bien décidé à se rattraper et à téter goulûment à m'en re déclencher une vague de contractions...

 

Ces mêmes contractions que vous avez lorsque vous décidez de demander la péridurale où bien de serrer les dents et de gérer tant bien que mal en décidant d'accoucher sans ...

 

Sauf que là, non seulement, vous n'avez pas le choix, vous devez les gérer sans péridurale, mais en plus, vous devez faire face à deux personnes qui ne comprennent pas ce qu'il vous arrive, qui ne voient pas que vous souffrez comme jamais de l'intérieur...

 

Je dégouline de douleurs, je me tortille mon bébé au sein, j'essaie d'écouter ce qu'ils me disent mais la tête me tourne, je ne suis pas bien, je vais m'évanouir...

 

Ils voient que je ne suis pas dans mon état normal, mais mettent cela sur le compte de mon accouchement,.

Je n'ose pas entrer dans le vif du sujet avec eux et puis je n'en ai pas la force, et leur dire qu'à l'interieur de moi, au moment où ils me parlent, tout se déchire, tout se contracte, tout se remet en place, que mon utérus travaille autant qu'il y a quelques heures encore quand j'étais en train d'accoucher en salle d'accouchement...

Sauf que là je suis dans mon lit, et que bordelllll, je suis en train d'accoucher devant eux !!!!!!

 

 

 

Les douleurs reviennent sans cesse, et je décide d'appeler une infirmière pour lui en parler.

Mauvaise pioche...

 

L'infirmière arrive et lorsque je lui expose mon problème qui en fait n'en est pas un mais qui aurait pu m'être expliqué, je me retrouve à entendre l'impensable:

 

"Ces contractions ce sont des tranchées, c'est votre utérus qui se remet en place. (jusque là tout irait bien si ce n'est le ton arrogant et agaçant avec lequel elle a prononcé ses mots)...

Plus vous avez d'enfants et plus vous allaitez, plus elles seront douloureuses alors si vous ne les supportez pas, et bien arrêtez d'allaiter !"

 

"ARRETEZ D'ALLAITER" !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

Et elle est repartie en me laissant seule avec mon bébé, mon allaitement qui me tenait tant à cœur et ma putain de souffrance...

 

J'ai alors compris une fois de plus que dans la vie, on ne peut faire confiance à personne, encore moins à une infirmière mal informée qui peut te réduire ton allaitement en miette en une seconde...

 

Heureusement, c'est mal me connaître, et malgré la douleur qui me transperçait dès que les contractions revenaient, j'ai remis dès qu'il le demandait mon bébé au sein, en faisant parfois des pauses, en le sortant du sein lorsque cela devenait insupportable et que je devais souffler deux secondes.

 

Point positif, je pouvais à présent mettre des mots sur mes douleurs.

Je savais dorénavant que je ne souffrais pas "pour rien", mais je ne savais pas quand cela allait se terminer.

Combien de temps allais-je devoir encore supporter cela ?

 

Lorsqu'une autre infirmière est entrée dans la chambre, je lui ai alors parlé de mes tranchées, et des douleurs insupportables qu'elles me procuraient.

Que je ne souhaitais pas arrêter d'allaiter mais que je souhaitais être soulagée car je n'allais pas tenir longtemps comme cela.

 

Bonne pioche, cette infirmière beaucoup plus humaine m'a expliqué que cela pouvait durer quatre jours voir plus mais que cela irait mieux bientôt.

En attendant, elle pouvait me soulager avec un anti-inflammatoire, sur une prise ou deux, juste le temps que les plus douloureuses contractions passent.

Pour me permettre de tenir bon et de sauver mon allaitement.

Je n'en prendrais finalement qu'une fois, consciente qu'avec l'allaitement il ne faut pas en prendre trop, voir pas du tout, mais ma douleur était telle que je ne pouvais pas faire autrement.

 

Cela m'a permis de tenir une nuit, d'être plus reposée et de mieux gérer le lendemain mes contractions toujours aussi présentes, mais qui maintenant avaient un sens .

 

J'ai donc passé les jours suivant à appréhender différemment ces tranchées, à les gérer tant bien que mal comme j'ai appris à gérer mes contractions d'accouchement, en pratiquant la respiration ventrale, la méditation ...

 

Au bout de trois jours, elles avaient quasiment disparues.

 

Mon utérus a bien travaillé ...

 

Et puis trois ans après, pour notre plus grand bonheur, je suis retombée enceinte...

Et je savais qu'après avoir accouchée ce ne serait pas terminé...

Que j'allais devoir les affronter de nouveaux ... ces tranchées...

Mais cette fois j'y étais préparée, j'étais entrainée psychologiquement, et surtout, je savais que c'était normal et que cela allait passer.

 

Et comme attendues, elles sont bien revenues et de plus belles, et m'ont values de belles nuits blanches alors que mon bébé dormait tranquillement et que j'aurais pu me reposer...

 

j'étais réveillée en pleine nuit par des contractions !!!

 

Elles ont durées bien plus longtemps que pour ma seconde grossesse...

 

Cette fois-ci, je suis rentrée chez moi avec mon bébé mais aussi avec mes contractions.

 

La nuit, une douleur vive me poignardait et je me réveillais en sueur, pliée en deux, en pleine contraction...

 

Lorsque je posais ma main sur le bas de mon ventre pendant la contraction, je sentais une grosse boule se durcir, je sentais mon utérus sous ma main se contracter, c'était si intense... si douloureux, et elle, ma princesse de quelques jours à peine, qui dormait si paisiblement à côté de moi ... entre douleur et douceur...

 

J'avais pris l'habitude lors de chaque contraction, de masser cette boule et de souffler comme lors d'un accouchement.

masser jusqu'à ce que la contraction disparaisse et cette boule de douleur avec.

 

Et puis un jour, au bout d'une semaine, plus rien, elles s'en étaient parties ces fichues tranchées ...

 

Plus de contractions, plus rien, rien que le bonheur de profiter d'eux, mes trois bébés tant mérités...

 

Et vous savez quoi?

Je crois que ces douleurs là comme les accouchements sont ancrées en nous, à jamais ... Et en écrivant ces lignes, en revivant ces moments intenses, j'ai ressentie la douleur que me procurait ces contractions lorsqu'elles arrivaient ...

C'est dingue ce que notre corps peut faire...

 

C'est dingue comme la nature est bien faite, comme un allaitement peut provoquer une remise en forme aussi intense mais tellement bénéfique.

On m'a souvent demandé comment j'avais fait pour retrouver un ventre si plat même après avoir eu trois enfants...

Je pense que mon allaitement y est pour beaucoup, et mon utérus s'en souvient...

 

Aujourd'hui, lorsque je repense aux mots de cette infirmière, je me réjouis de pouvoir lui dire que trois ans après, j'allaite toujours mon troisième enfant malgré les tranchées..., et que je suis fière de ne pas l'avoir écoutée...

 

 

Et vous mes Crazy, avez vous eu des tranchées aussi douloureuses?

Connaissiez-vous ce phénomène?

 

N'hésitez pas à partager cet article, car comme vous avez pu le lire, c'est en informant que l'on peut aider à surmonter et à mieux gérer certaines douleurs...

 

bisous mes crazy ! 

 

                                                                                                                                                                                     Crazy Mum.

 

 Merci à "Les petits dessins de Patchat" pour ses illustrations.

https://www.facebook.com/patchatdessin/

 

Écrire commentaire

Commentaires: 11
  • #1

    Eve (samedi, 17 novembre 2018 20:43)

    Waouh, en effet on n’a pas vécu la même chose !
    Ici, j’avais lu que ça allait arriver avec l’allaitement. J’etais super contente de les sentir car ça me rassurait pour mon utérus donc si j’étais soulagée de les sentir c’est que ce n’était pas douloureux du tout.
    Ça explique peut-être pourquoi je n’ai pas récupéré de ventre plat... ah bah non, j’avais pas le ventre plat avant d’avoir des enfants �

  • #2

    Crazy Mum (samedi, 17 novembre 2018 21:14)

    Eve ... ���
    Et oui chacune le vit différemment et c’est bien d’en parler ... �

  • #3

    Amandine (samedi, 17 novembre 2018 22:05)

    Je ne connaissais absolument pas ce phénomène...! Je n'ai, comme vous, ressenti qu'une petite douleur de règle
    quand j'allaitais ma fille mais je suis bien contente d'avoir lu votre article car nous avons le projet d'un 2ème enfant et n'étant pas de nature très souple avec la fatigue de l'accouchement et les douleurs j'aurai pas aimé être à la place d'une de ces infirmières mal informée que j'aurai habillé pour l'hiver! Heureusement elles sont minoritaire, la plus part d'entre-elles sont géniales!
    Encore merci pour cet article plein d'honnêteté et de transparence!

  • #4

    Jenny (samedi, 17 novembre 2018 22:59)

    Coucou crazy mum ... pour mes 2 filles aucune tranchées et pourtant allaitement à la demande ... mais pour mon dernier oh mon dieu ... c est quoi cette douleur !!! La sage femme à domicile m as expliquer ... qu elle surprise ... on venait de déménager un 3 eme petit cœur à la maison et les tranchées ... puis elles ont disparues elles font parties de la grossesse mais en aucun cas j aurais arrêter d allaiter pour cela !!! Je trouve dommage tout ces tabous de la grossesse certe faut pas effrayer les futurs mamans mais les informer c est mieux les préparer puis on oublie la douleur devant nos petits à anges !!!!

  • #5

    Armelle (dimanche, 18 novembre 2018 14:42)

    Coucou, comme toi, tout pareil. 3 enfants, 3 accouchements par voie basse et 3 allaitements. Au 2 ème enfant, des douleurs horribles, des lames de rasoir dans le bas ventre. Les larmes me montent, mes orteils se crispent, mon coeur se serre. La sage femme arrive. Aussi avenante qu'un congélateur elle me dit : oh ben ce sont les tranchées. Aussi charmantes que leur nom laissent présager. Ça va faire ça à chaque tétées. Paniquez pas. Votre utérus se remet en place. Moi, inquiète.... demande si je peux avoir qqch contre la douleur ? Elle répond : ça vient d accoucher et ça gère pas des tranchées ? Et la mon mari est intervenu : oui elle vient d accoucher, elle a morflé, elle est épuisée et à mal qd elle nourrit notre bébé. Mnt que vous savez ce scoop, vous pouvez faire votre job et la soulager ou non ?! Gloups. Excuse de la sage femme qui dit avoir été maladroite. Anti-inflammtoire et haaaaa ça va mieux. A la 3 eme, direct on ma dit : ds votre dossier il est inscrit tranchées au second enfant, on vous donne direct l anti-inflammatoire? Donc bref . Mnt que je rends visite aux copines je pose carrément et ouvertement la question : oh tu allaites, super ? ça va, pas trop douloureux ? Pas de tranchées ? Et la, selon la tete de la maman, ses larmes qui montent ou ses yeux qui questionnent.. et on en parle... �

  • #6

    Katia (mercredi, 21 novembre 2018 22:40)

    Merci d'en parler ! Je ne connaissais clairement pas et comme je souhaite avoir 3 ou 4 enfants, c'est bien de le savoir. Surtout si des infirmières te prennent pour une demeurée qui ne supporte pas la douleur... J'ai allaité mon bébé (unique pour l'instant) seulement deux mois mais j'aimerais beaucoup réussir pour mon 2e.
    Et merci Armelle, je crois que je vais en parler avec mon mari pour qu'il réponde la même chose que le vôtre si l'infirmière réagit de cette façon :)

  • #7

    Mélanie (mercredi, 21 novembre 2018 23:35)

    Coucou, j’aurais bien aimé lire cet article avant d’accoucher de ma fille.
    Premier enfant, accouchement en avance par césarienne d’urgence, allaitement et là la première nuit oh p..... de m.... c’est quoi ces douleurs j’ai eu des contractions comme pour mon accouchement : bas du dos et ventre ......
    Par contre j’ai eu la chance qu’une infirmière me rassure et m’informe très calmement et avec bienveillance et surtout me donne un anti inflammatoire !!!!!!!!
    Maintenant je sais que c’est normal et que je peux les gérer comme les contractions mais en même temps cela fait peur si elles s’avèrent plus importantes pour les accouchements suivant.
    Mais j’aurais encore des infos à apprendre, nous souhaitons avoir un second enfant, dans votre article vous dites que cela n’arrive qu’avec le fait d’allaiter donc si on n’allaite pas on a pas ses tranchées c’est bien ça ?
    Merci pour toutes ces infos !!!!!!!

  • #8

    Loulou (jeudi, 22 novembre 2018 19:22)

    Je connaissais ce phénomène, dès mon 1er bébé je les ai ressenties ces fameuses tranchées, après une césarienne en urgence qui plus est. Elles sont passées relativement vite... et effectivement plus j’ai eu d’enfants, pires elles ont été. Toujours après des césariennes programmées ces fois ci. Mais alors après la naissance de mon 4ème bébé, c’était juste l’enfer. A en pleurer moi qui suis pourtant « dure au mal ». En revanche j’ai été très bien accompagnée, on m’avait proposé du spasfon et du doliprane et une super sage femme m’a même amené des poches de glace la nuit, c’est bête mais j'avais l’impression que ça m’avait soulagée ;)
    Et j’allaite encore mon petit bonhomme de 9,5 mois avec fierté aujourd’hui et surtout sans douleur �

  • #9

    Mysouris (samedi, 24 novembre 2018 21:09)

    Hello,
    Pour mon premier accouchement, lors de la première mise au sein après retour en chambre, l'infirmière m'a prévenue : vous allez sûrement avoir des contractions, c'est l'ocytocine de l'allaitement qui permet a l'utérus de se remettre en place. C'est normal. Si c'est trop douloureux, appeler nous, on vous donnera du Doliprane et/ou de l'ibuprofene pour soulager. Mais normalement au premier enfant c'est gérable.

    Pour mon second, j'avais retenu que j'avais eu un peu mal sans plus. Et idem, l'infirmière m'a prévenue et m'a d'office laisser du Doliprane pour si besoin, parce que c'était un second. J'ai eu quelques bonnes contractions, mais rien de comparable avec toi. Et surtout le Doliprane m'a soulagé (j'en ai pris 2 en 3j je pense)

    On m'en avait parlé lors de la préparation à l'accouchement lorsque l'allaitement a été évoqué. Par contre, personne m'en avait donné le nom (il doit faire peur sûrement)

    En tout cas, je suis bien contente que c'était connu correctement et surtout pris en compte dans ma maternité pour les deux accouchements.

  • #10

    Iola (lundi, 26 novembre 2018 06:07)

    J'ai eu la chance d'avoir été formée et informée sur ces fameuses tranchées par la sage femme libérale qui m'a suivie tout au long de ma grossesse.
    Mais pour mon 3e accouchement malgre un accouchement express dans la voiture et donc sans peridurale (mais la douleur était gérable, je me suis donc pas précipitée à la mater...j'aurai peut être du...), les tranchées ont été terribles... plus douloureuses même que l'accouchement. J'allaitais aussi donc je voulais réduire la prise d'anti douleur, mais suite à un malaise lié à la douleur (heureusement une sage femme était présente et à immédiatement compris que je tournais de l'oeil à cause de la douleur vraiment terrible!) J'en ai pris plusieurs fois. Mais je dois avouer que ces tranchées ont été pires que l'accouchement...J'en ai pleuré de douleur alors que j'avais pu gérer celle de l'accouchement du début à la fin !
    Heureusement j'avais été informée sur le phénomène et j'ai été soutenue et non jugée
    Mais je comprends si bien ce que tu as vécu!!

  • #11

    Estelle (dimanche, 07 juin 2020 17:39)

    Ma 2eme princesse a 2 jours à peine et je redoute les tetées car j'anticipe cette douleur que je n'avais pas ressentie poyr mon aînée. Ces fichues contractions rendent mon allaitement si horrible. Moi qui étais tellement heureuse que ça se soit bien passé cette fois ci ! Alors merci, Merci beaucoup pour ton article qui me fait monter les larmes mais me donne du courage pour la prochaine tétée :-)